Skip to main content

« Le travail que je fais, tout le monde pourrait l’effectuer, je n’apporte rien ». Cela vous parle ? Ou bien, au contraire, êtes-vous convaincu d’occuper un emploi utile ? Tour d’horizon pour comprendre l’utilité du travail et en quoi elle est importante pour vous et pour les autres.

Utilité du travail : une nécessité

 

« Le travail consiste à créer de l’utilité », selon la définition d’Henri Bergson dans l’Évolution créatrice. Pourtant, en 2021, 30% des actifs considéraient que leur travail était inutile. En parallèle, l’anthropologue britannique David Graeber popularisait le concept de « bullshit jobs », ces emplois inutiles, dénués de sens et néfastes pour le travailleur et la société :

« Une part croissante et élevée des emplois n’a ni sens ni utilité et rend malades celles et ceux qui les occupent, à l’idée qu’ils [elles] n’apportent aucun bienfait au monde ».

Un Français sur 5 avait le sentiment d’en occuper un en 2019. Il existe donc un double enjeu dans l’utilité de son travail : l’accomplissement pour soi et la fécondité pour la société.

Se sentir utile professionnellement en s’accomplissant personnellement

Occuper un emploi utile, ce n’est pas seulement exercer une activité nécessaire à autrui, car cela ne suffit pas toujours. En témoigne la lassitude du personnel soignant qui regorge pourtant de professions « porteuses de sens ».

C’est aussi et surtout se sentir à la bonne place, dans le bon environnement, en accord avec sa personnalité et ses valeurs qui va permettre de retrouver du sens au travail.

Le modèle Be + Have = BeHave permet ainsi de (re)définir dans quel(s) environnement(s) nous pouvons nous sentir utile (dans le quotidien ou pour des grandes causes par exemple) et à qui l’on souhaite être utile (une tranche d’âge de la population en particulier, une catégorie professionnelle – salariés, managers, entrepreneurs, etc. -) en s’appuyant sur notre personnalité (BE) et notre expertise (HAVE).

Un emploi utile car fécond pour le monde

Au-delà de la création de valeur, l’utilité de notre travail va se mesurer au fruit, à la fécondité extérieure et visible qu’il porte, particulièrement pour la société ou le monde, à court, moyen ou long terme d’ailleurs. Car l’utilité auprès d’une cible peut aussi germer au cours d’un processus temporel plus ou moins long.

Nous éprouvons de l’utilité au travail en mesurant l’impact concret de nos missions sur autrui. Les retours reçus sur notre travail et la reconnaissance de nos collègues, managers, subordonnés, clients, prestataires extérieurs ou destinataires contribuent également à renforcer notre sentiment d’utilité !

Si, au contraire, nous avons la perception de ne pas avoir de valeur ajoutée dans notre vie professionnelle ou d’occuper un emploi futile, il peut être temps de provoquer le changement…

L’objectif du modèle BeHave est d’accompagner les personnes dans l’identification et la mise en action de leur projet, en adéquation avec qui elles sont et ce dont elles ont besoin professionnellement. En fin de compte, l’orientation professionnelle sous-entend une certaine lucidité et maturité par rapport à soi-même. Définissons ce qui est en jeu dans ce processus d’orientation.  En réinvestissant ou explorant notre identité professionnelle, nous retrouvons alors du sens et notre travail devient fructueux, bon pour les bénéficiaires directs et indirects de notre travail.

« Ma rencontre avec BeHave, un modèle pratique, pragmatique, facile à visualiser et plein de sens, a marqué la genèse d’une histoire passionnelle avec ma carrière. (…) En ayant compris qui j’étais et ce que je pouvais apporter au monde qui m’entoure, je suis capable de prendre des décisions, mobiliser des troupes et réseauter de façon très naturelle ». Hermine

Exercer un emploi utile est une préoccupation légitime qui fait écho à notre besoin de trouver du sens. Ce moyen de s’accomplir permet un rayonnement extérieur à condition d’être à la bonne place, ce que le modèle BeHave nous invite à vérifier ou à améliorer. En plus, le sentiment d’utilité accroît la joie au travail !

Si donc cela est bon pour moi et fructueux pour les autres, il est plus que temps de passer d’un poste futile à un travail utile !

Je prends rendez-vous pour découvrir comment le Bilan de compétences BeHave vous permet de retrouver l’utilité dans votre vie professionnelle.

SOURCES

Jean Baptiste Morin

About Jean Baptiste Morin

Leave a Reply